Conseils de révision

A moins de deux mois des épreuves finales du baccalauréat, les vacances sont l'occasion de réviser ses cours, de compléter ses fiches... mais aussi de bien dormir. Des professeurs du lycée polyvalent Louis-Marchal de Molsheim nous livrent leurs conseils.

« On commencera à ressentir une vraie pression après les vacances », prévoit Ludovic, un élève de terminale S sciences de l'ingénieur du lycée polyvalent Louis Marchal de Molsheim. Si la pression du bac n'est pas encore trop forte, Ludovic et ses copains de classe Thibaut et Robin comptent bien mettre à profit ces deux semaines de vacances pour faire un travail personnel de révision, en plus des exercices donnés par leurs professeurs.

« Si on travaille régulièrement, le bac devient une formalité »

Thibaut envisage de travailler une matière différente chaque après-midi et de consacrer ses matinées à des loisirs.

Une bonne initiative, souligne le professeur de mathématiques, Gérard Morel qui a donné trois objectifs à ses élèves pour ces vacances de printemps. Premièrement : « organiser ses révisions ». Deuxièmement : « organiser également ses loisirs en prévoyant des sorties, du sport ». Troisièmement : « bien dormir ».

« Les deux tiers des élèves qui sont en difficulté scolaire ne dorment pas assez », enchaîne Simone Kesler, la proviseure de ce lycée d'enseignement général, technologique et professionnel de 750 élèves. Puis d'évoquer tous les efforts déployés dès la seconde pour la réussite de ces élèves, l'accompagnement personnalisé, les cours de soutien ou de perfectionnement et la semaine de bacs blancs organisée en février dernier pour les terminales des voies générales et technologiques. Des voies qui ont obtenu 97 % de réussite au bac lors de la session 2014, dont 100 % de réussite en série S.

Si une partie des élèves se concentre sur les matières à plus fort coefficient, reconnaît Gérard Morel, « les plus sérieux révisent toutes les matières ». Pour Ludovic, Thibaut et Robin, il n'est pas question de faire des impasses, au risque de ne pas décrocher la mention convoitée. Pour préparer les épreuves de langues, ils vont profiter des vacances pour « apprendre du vocabulaire ». « Si on travaille régulièrement, il est possible de tout réviser. Le bac devient une formalité », assure la proviseure.

« Je fais des fiches au fur et à mesure des cours », explique Thibaut, qui pratique également les révisions en groupe. Les trois copains se servent aussi des annales et de leurs corrigés pour faire des exercices. « Nous allons aussi sur les sites « lesbonsprofs » et « xmaths ».

Couper son téléphone portable

Les professeurs recommandent également « apmep » le site de l'association des professeurs de mathématiques. Pour bien réviser, il faut aussi éteindre son téléphone portable, insiste Gérard Morel. Un petit geste qui n'est pas encore devenu une habitude à deux mois du bac, admet Ludovic, « mais lorsqu'il faut vraiment se concentrer, je le coupe ».

Pour ces vacances de printemps, les élèves de la série technologique STI2D vont axer leurs efforts dans la préparation de leur projet de spécialité qui a un coefficient 12 au baccalauréat. Un choix stratégique que comprend Sophie Puigsegur, professeur d'économie et de gestion dans la voie professionnelle et générale. « Pour le bac, on encaisse les points », rappelle Catherine Dapp-Matter, professeur de français et de géographie. Deux matières trop souvent négligées par les élèves du bac professionnel. Pourtant, faire l'impasse sur ces matières peut avoir de lourdes conséquences, même si les coefficients sont peu élevés. « Les notes de français et de géographie peuvent sauver un candidat au bac pro, comme elles peuvent le plomber ». À méditer, quels que soient le bac et les matières que vous préparez.

Jean-François Clerc (voir article des DNA du mercredi 29 avril 2015)